La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s’entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l’un dans l’autre et reprennent leurs douces coulées. Allégorie certaine de la cohabitation entre la nature et l’Homme qui se dessine sur ces lieux.

La réserve naturelle de la confluence est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine. Une situation rare et fragile qui exacerbe l’ambivalence, cette « collaboration » entre la nature et l’Homme qui d’un côté, la détruit et de l’autre, la protège.

Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l’imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherchais à démêler : l’Homme à l’origine de la destruction, et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de compenser, j’observe cette histoire d’amour-haine qui tente d’avoir une fin heureuse.

Marianne Thazet