2021

GRÉGOIRE ELOY

En cours de résidence

Né en 1971, Grégoire Eloy est photographe documentaire depuis 2003. Pendant 10 ans, il a voyagé dans les pays d’Europe de l’Est et d’Asie centrale pour des projets au long cours sur l’héritage soviétique et les guerres du Sud Caucase, notamment ses séries Les Oubliés du Pipeline (2006) et Ressac (2008-2013). En 2010, il collabore avec la communauté scientifique pour une trilogie sur la science de la matière qui a fait l’objet d’une série de livres monographiques dont A Black Matter (Journal 2012) et The Fault (RVB Books, 2017). Le dernier volet, sur la glaciologie, est en cours. Depuis 2015, il s’intéresse à notre rapport à l’environnement et au sauvage lors de résidences immersives en milieu naturel (résidence du Guernsey Photography Festival 2018 et du Tbilisi Photo Festival 2020). Grégoire Eloy est lauréat de la Bourse du Talent Reportage en 2004. En juin 2021, il obtient le prestigieux Prix Nièpce Gens d’images. Il est membre du collectif Tendance Floue depuis 2016.

Il vit à Paris.

THÉMATIQUE(S) : Sciences de la matière et du climat

De Glace est une proposition photographique sur la glaciologie et les sciences connexes de la neige et de l’eau en altitude. Pour ce projet, le photographe Grégoire Eloy sera associé à Etienne Berthier chercheur CNRS, glaciologue au LEGOS/OMP – Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales/Observatoire Midi-Pyrénées (CNRS/UPS/CNES/IRD) et à Simon Gascoin chercheur CNRS, nivologue au CESBIOS/OMP – Centre d’études spatiale de la biosphère/Observatoire Midi-Pyrénées (CNRS/UPS/CNES/IRD). En lien également avec Pierre René, glaciologue, accompagnateur en montagne de l’Association pyrénéenne de glaciologie “Moraine”. Le photographe mènera ses recherches sur les pas des glaciologues, au plus près de la matière des glaciers des Pyrénées et des zones polaires. De Glace est le troisième volet d’une trilogie photographique sur la science de la matière, démarrée en 2010 avec l’astrophysique et la recherche sur la matière noire A Black Matter puis la séismologie en 2016, The Fault.
FR