2023

EMMÊLEMENT ET AUTRES HISTOIRES DE FÔRETS

Coffret 2023

Éditions Filigranes

AUTEURE : Téo Becher
TEXTE : Fabien Ribéry

Format : 170 x 250 mm
Langues: Français/Anglais
Prix : 25,00€
Tirage : 400 exemplaires
ISBN : 978-2-35046-612-

#20 « Emmêlement et autres histoires de forêts » (Téo Becher)

Une nouvelle ère de liens

La série Emmêlement et autres histoires de forêts remet en question les notions de nature et de culture, interrogeant les limites, lisières et interactions entre ces deux concepts construits sur des antagonismes pouvant être considérés comme relativement faux ou mystificateurs. Accompagné par des chercheur-euse-s du laboratoire Géographie de l'Environnement (GEODE – CNRS/Université Toulouse Jean Jaurès) à Toulouse, Téo Becher a marché dans des espaces naturels – montagnes et forêts – en quête des traces déposées par l’humain dans le paysage.

À partir de quand distinguer l’intervention transformant le milieu et sa pleine intégration dans l’environnement ?

Quand peut-on considérer que l’orthèse, ou toute structure posée dans le territoire en le modifiant, a perdu son pouvoir d’artificialisation ?

Faut-il simplement attendre que le temps fasse son ouvrage et lisse les yeux du regardeur ?

L’anthropologue Philippe Descola a bien montré dans ses travaux majeurs que le dualisme occidental entre nature et culture est loin d’être une évidence partout sur la planète, et qu’il est bien d’autres façons d’objectiver le monde et autrui. Le concept de nature n’a ainsi rien de naturel, de même que celui de paysage, qui est une construction esthético-sociale, le cadrage d’un lieu pouvant procéder d’une volonté de maîtriser l’espace pour en réduire la complexité et la mobilité.

Téo Becher observe la façon dont les territoires sont modelés, par l’humain et les non-humains. Il y a pour lui porosité, hybridation, dialogue ; l’idée d’un lieu clos ou pur échappant à la corruption relevant du fantasme rousseauiste concernant la virginité idéale du monde premier n'est pas valable. La nature compose avec l’humain, qui compose avec elle, ou la force, dans un processus d’échanges plus ou moins consentis permanents. L’artiste pense liens, échanges, inventions, mais aussi recherches expérimentales sur la substance même de l’image, son altération, sa persistance, sa spectralité, sa vie propre. Proches quelquefois de l’abstraction, les images du photographe sont avant tout des cosa mentale, plutôt que de pales reflets d’une extériorité sans ambiguïté. Rien de didactique ici, mais une méditation d’essence poétique fine sur l’autonomie du vivant, et d’une certaine façon des images. Il y a le visible et l’invisible, ce qui s’offre à la vue et ce qui se dérobe, le donné et l